Français
Gamereactor
tests
Space Hulk: Deathwing

Space Hulk : Deathwing

Un jeu de tir gore vous obligeant à travailler en équipe. Autrement une mort inéluctable vous attendra au tournant...

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ

Space Hulk prend place dans le monde de Warhammer 40,000, l'histoire du jeu est focalisée autour de soldats lourdement armés faisant face aux Genestealers, dans le Space Hulk justement, une gigantesque fusion de débris interstellaires et d'épaves de vaisseaux. Tandis qu'en 2014 Space Hulk : Ascension se présentait comme un jeu de stratégie, Deathwing, lui, est un FPS, bien que cela ne signifie pas pour autant que la stratégie et les tactiques ont été jetées hors du SAS.

Certains pourraient penser que vu les combinaisons armures surdimensionnées que vous portez dans Space Hulk : Deathwing, vous êtes plutôt à l'abri des blessures et des dégâts. Détrompez-vous. L'une des meilleures choses à propos des shooter de Streum On Studio, c'est justement qu'ils procurent un parfait équilibre entre cette sensation de puissance grisante tant recherchée et ce sentiment de vulnérabilité qu'exige la situation. Il est impressionnant de voir que même dans une armure géante on se sent malgré tout exposé au danger, mais là encore vous détenez toujours un pouvoir de destruction colossal grâce à l'imposant arsenal mis à votre disposition.

Le danger en général vient de la multitude d'ennemis près à fondre sur vous de toute part à n'importe quel moment. Dans un combat un contre un, vous affrontez la plupart des Tyranid, qui déboulent en nombre donc sont difficiles à abattre. En solo ou en multi, vous et vos coéquipiers, qu'ils soient Humain ou IA, devrez travailler en équipe et rester groupés pour ne pas être submergé, ce qui peut arriver facilement lorsque les ennemis surgissent des grilles sous vos pieds, du plafond au-dessus de vos têtes, ou à travers des murs.

Ceci est une annonce:

On se croirait dans le film Alien par moments, à commencer par l'intrigue du jeu elle-même : des soldats découvrent quelque chose (dans le cas de Deathwing un Space Hulk), ils enquêtent et comprennent que quelque chose se trame, avant que des monstres ne débarquent. Mais ce n'est pas tout, mais le fait que vous vainquez vagues après vagues des aliens ennemis rajoutent encore plus de similarités, d'autant plus que vous explorez les sombres couloirs du navire spatial, votre radar clignote en rouge quand des ennemis sont proches, montrant les mouvements sur le HUD.

Space Hulk: DeathwingSpace Hulk: DeathwingSpace Hulk: Deathwing
Space Hulk: DeathwingSpace Hulk: DeathwingSpace Hulk: Deathwing

Le travail d'équipe est donc une nécessité pour survivre à cette menace, et le design des commandements est bien soigné en mode solo. En maintenant la touche espace et en déplaçant la souris, vous pouvez donner des ordres rapidement et facilement à vos alliés Nahum et Barachiel, nul doute que vous utiliserez la plupart du temps la fonction « soin » sur vous ou un coéquipier. Il y a beaucoup d'ordres et les options tactiques rendent le jeu plus amusant en vous permettant de considérer différentes approches à chaque situation. Par exemple, vous pouvez ordonner d'entrer dans une salle, qu'un coéquipier bloque la porte derrière vous, tandis que l'autre défend un couloir pendant que vous avancez vers l'objectif. Bien sûr, avec des alliés IA vous pouvez vous attendre à quelques petits imbroglios (comme quand ils se coincent derrière une porte) mais la plupart du temps cela fonctionne plutôt bien.

Ceci est une annonce:

L'arsenal est un autre point important du titre. Vous débloquez des armes au cours de votre progression et, en augmentant de niveau, vous pourrez également en débloquer pour vos compagnons de route. Un arsenal bien étoffé et assez varié, nous avons par exemple trouvé un bon équilibre avec Barachiel doté du Marteau Tonnerre lors des phases de corps à corps, tandis que nous-mêmes étions équipés du canon d'assaut Vengeance à mi-distance, et Nahum derrière nous en tant que soigneur d'une arme légèrement plus faible.

Tout cela combiné à vos pouvoirs psychiques, qui plus est en tant qu'archiviste, vous octroie une force de frappe non négligeable. Une fois que vous aurez obtenu assez de bonnes armes et de pouvoirs psychiques (tel que Inferno qui envoie un feu rugissant vers les ennemis), les pouvoirs destructeurs en votre possession vous permettront d'invoquer de véritables ravages, chose très amusante et pas si compliquée à débloquer.

Space Hulk: Deathwing

Pour revenir aux améliorations, il existe trois arbres de compétences, avec bien évidemment de nouvelles capacités pour un certain nombre de points. Il faut prendre le temps de bien planifier son évolution étant donné que les points ne sont pas distribués à la va-vite, et vous devrez souvent choisir entre économiser pour un pouvoir psychique dévastateur ou investir de manière plus pragmatique, dans quelque chose de moins excitant mais qui aidera l'équipe à survivre.

Pour couronner le tout, le jeu est très beau visuellement. Que vous marchez précautionneusement à travers les couloirs à l'affût d'attaque d'aliens, ou que vous expédiez du monstre, tout est joli et valorisé par un jeu de lumières très flatteur. Les lumières scintillantes dans les couloirs ou les passages faiblement éclairés éclaboussés de sang que vous laisserez lors de votre balayage de la menace des Tyranid, vous baignerez dans une ambiance comme dénuée de vie humaine ; l'obscurité, les couleurs oppressifs vous rappellent que cet environnement est toujours hostile.

D'un bout à l'autre, la campagne vous prendra une douzaine d'heures pour être complétée. Pour ceux qui voudront plus que simplement parcourir les neuf chapitres proposés, il y a les reliques à collecter, lesquelles sont des anciens artefacts cachés dans chacun des chapitres en question. Une chose que les hardcore gamers et les fans de l'univers Warhammer 40,000 apprécieront sans doute. Vu la taille des maps, cela ne sera pas une tâche facile, et cela rajoute un nombre considérable d'heures de jeu.

Space Hulk: DeathwingSpace Hulk: DeathwingSpace Hulk: Deathwing
Space Hulk: Deathwing

Le co-op pousse l'expérience de jeu plus loin, vous permettant d'effectuer la campagne entière à quatre simultanément. Nous avons trouvé cela plutôt amusant, et bien que nous avons joué en ligne en compagnie d'inconnus, nous pouvons imaginer que cela aurait été encore mieux avec nos amis, à ramper à travers les couloirs tout en communiquant les avec les autres. Il y aussi un système de levelling différent, vous débloquerez les armes de manière différente que dans la campagne. En conclusion, abattre des hordes sans fin de Tyranid est amusant, mais sans doute pas autant qu'avec des amis.

Le co-op n'est pas toujours totalement plaisant, la faute à des bugs récurrents. Nos parties furent en effet entravées par de problèmes de serveur, Nous avons réussi à nous connecter à une partie sur dix. Frustrant. Une fois connecté à une partie, nous avons parfois été déconnectés, bien que cela semblait fonctionner assez bien.

Au-delà de ça, d'autres problèmes techniques nous attendaient, et après avoir parcouru le forum de Steam, il est clair que beaucoup de joueurs ont souffert de problèmes de performances. Si vous faite vraiment attention au framerate il y a quelques chutes notables, mais si vous prenez en considération la tonne d'ennemis à l'écran par moments, les effets gire, les balles, les pouvoirs psychiques, plus tout le reste, nous pouvons nous montrer indulgent, surtout que ce n'est pas non plus injouable.

D'autres petites faiblesses sont à remarquer. Par exemple, les personnages se déplacent très lentement, et le sprint ne dure pas longtemps, ce qui est compréhensible compte tenu de l'énorme armure que vous portez, mais cela rend le déplacement d'un bout de la carte à l'autre extrêmement fastidieux. En outre, bien que vos armes restent les mêmes dans chaque chapitre, sauf si vous les changez bien sûr, les pouvoirs psychiques, eux, sont réaffectés à chaque fois, ce qui est un peu ennuyeux.

Space Hulk : Deathwing est un jeu avec lequel les fans de FPS pourront passer de bons moments, et même les nouveaux initiés au monde de Warhammer 40,000 trouveront de quoi se divertir. Bien sûr, le titre peut s'avérer plus attirant pour les fans de cet univers, et la profondeur des personnages et leur histoire ne se montre pas toujours aussi marquantes qu'elles ont pu l'être par le passé, mais cela reste intense, gore, bref un jeu de tir saisissant qui vous procurera beaucoup de plaisir. En ce qui concerne les inconvénients rencontrés, ils ne nous ont pas empêchés de nous régaler des carnages meurtriers qu'offre Space Hulk.

HQ
Space Hulk: DeathwingSpace Hulk: DeathwingSpace Hulk: Deathwing
08 Gamereactor France
8 / 10
+
De superbe graphismes, de l'action sanglante intense, toutes les armes et pouvoirs sont très réussis, le co-op est très amusant, le travail en équipe est bien dosé, beaucoup à voir et à collecter.
-
De légères chutes de framerate, des mouvements lents, les coéquipiers se bloquent parfois derrière des portes, les pouvoirs psychiques à réassigner au début de chaque chapitre.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

0
Space Hulk : DeathwingScore

Space Hulk : Deathwing

TEST. Written by Sam Bishop

Un jeu de tir gore vous obligeant à travailler en équipe. Autrement une mort inéluctable vous attendra au tournant...



Chargez le contenu suivant