Français
Gamereactor
previews
Outcast: A New Beginning

Outcast: A New Beginning Avant-première : La nostalgie règne dans cette suite étonnante

Un autre retour d'un classique des années 90, mais celui-ci pourrait être spécial...

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ

La nostalgie est quelque chose d'assez puissant : un sentiment qui nous emprisonne et nous permet de nous souvenir ou même de revivre avec affection des expériences passées qui nous ont touchés d'une manière particulière, que nous avons vécues comme uniques et qui, ne nous leurrons pas, ne se répéteront peut-être pas....

Tous les jeux vidéo ne parviennent pas à nous faire ressentir ce sentiment, mais si nous y réfléchissons quelques instants, certains titres qui ont réussi à nous étonner, à nous émerveiller et à élargir nos horizons, en exerçant un impact profond sur notre expérience de joueur, nous reviendront sûrement à l'esprit.

Pour moi, Outcast est l'un de ces jeux : une aventure d'action se déroulant sur le monde extraterrestre d'Adelpha, avec une histoire, des visuels et une présentation sonore tout à fait cinématographiques et à couper le souffle, offrant en 1999 un cocktail unique de caractéristiques dans un jeu vidéo : un monde ouvert en trois dimensions avec des graphismes époustouflants (pour référence, GTA 3 est sorti en 2001) peuplé d'une multitude de PNJ avec lesquels il était possible d'interagir d'une manière jamais vue auparavant, avec une IA avancée pour l'époque et des éléments de gameplay émergents qui étaient surprenants. Bref, un monde qui se sentait "vivant". Pour couronner le tout, la bande sonore exceptionnelle du compositeur Lennie Moore, interprétée par le site Moscow Symphony Orchestra and Chorus, a réussi à élever l'expérience globale à des niveaux stratosphériques.

Une œuvre culte de ce calibre méritait une suite et, en fait, celle-ci était en développement depuis quelques années, peu après la sortie de l'original. Après quelques tentatives infructueuses, il semblait que l'histoire de Outcast ne pouvait pas continuer et que nous ne pourrions jamais retourner à Adelpha, ce monde incroyable avec tant d'histoires à raconter et de mystères à découvrir...

Ceci est une annonce:
Outcast: A New Beginning

Heureusement, le développeur Appeal Studios a su renaître de ses cendres et, après avoir réalisé un remake de Outcast (Outcast: Second Contact) en 2017, son équipe nous propose aujourd'hui une généreuse démo de la suite, éditée par THQ Nordic, afin que nous puissions nous préparer à la sortie de Outcast: A New Beginning, qui sera lancée le 15 mars prochain. Cette démo est disponible sur PC, Xbox Series et PS5, et ayant joué et analysé les versions PS5 et Xbox Series X, qui proposent trois segments (exploration, combat et histoire) et quatre modes de difficulté (histoire, facile, normal et difficile). Chacun des trois segments de la démo peut être joué deux fois (au moment de la publication de cet article, cette limitation a été supprimée), présentant "l'exploration" et "l'histoire" une limite de temps de 20 minutes (cette limitation demeure) tandis que le segment "combat" ne présente aucune limite de temps bien qu'une limitation spatiale soit en place, ne pouvant pas étendre l'exploration au-delà d'une zone prédéterminée.

Outcast: A New BeginningOutcast: A New Beginning
Cela fait 25 ans (un quart de siècle !) et il est enfin temps de traverser le daoka et de retourner à Adelpha.

Nous avons dit que la nostalgie est puissante, mais elle est aussi dangereuse, générant une idée insidieuse dans l'esprit de ceux d'entre nous qui ont apprécié le premier Outcast: "le jeu final sera-t-il au niveau de l'original ?", quelque chose qui peut sembler injuste mais que nous devons prendre en compte dans une période de temps bondée de jeux à monde ouvert qui ont pris et développé à de nouveaux niveaux certains des éléments qui ont rendu Outcast unique à l'époque en 1999. Dès que nous démarrons la démo, mon premier doute est dissipé dès l'écran de démarrage : la bande sonore, à nouveau signée Lennie Moore, non seulement frappe avec la même force que l'original mais cette fois-ci, elle nous surprend également avec des chœurs interprétés en Agazork, la langue des Talan, habitants d'Adelpha. Le titre original comportait déjà un petit dictionnaire de la langue dans son manuel d'instruction et il était possible d'apprendre un peu d'Agazork en s'immergeant dans la culture talan à travers des dialogues avec les autochtones. Tout semble indiquer que dans Outcast: A New Beginning, cela a été poussé à un niveau supérieur et pas seulement dans la bande-son, car lors des interactions avec les Talans, nous disposons d'un glossaire extrêmement utile qui peut être activé dans les conversations, nous fournissant ainsi toutes les informations et le contexte dont nous pourrions avoir besoin de manière non intrusive. Il est très agréable de voir que le compte à rebours de 20 minutes est mis en pause pendant les dialogues, ce qui nous permet de les explorer en détail et sans précipitation.

Ceci est une annonce:
Outcast: A New Beginning

Cutter Slade, le héros de l'original, est à nouveau le protagoniste de la suite et de sa démo. C'est un héros d'action comme on en trouve dans les films des années 90 : extrêmement capable au combat, avec un passé plein d'ombres et de multiples défauts mais, en même temps, drôle et sympathique, avec un sens de l'humour plein de références cinématographiques et très similaire au Jack O'Neill de Richard Dean Anderson dans Stargate SG-1. Si Outcast est le grand-père des mondes ouverts en 3D, Cutter Slade est cet oncle cool ou ce cousin plus âgé avec lequel nous aimions renouer lors des réunions de famille de notre enfance.

Outcast: A New BeginningOutcast: A New Beginning

Cette fois, Slade porte un jetpack qui lui permet de parcourir l'immense carte du jeu de façon assez dynamique. De plus, son apparence a été améliorée par rapport au premier jeu, modifiant l'iconique T-shirt orange pour un costume plus élaboré mais fidèle à l'original, arborant le symbole graphique qui l'identifie comme Ulukai, le sauveur du Talan.

Outcast: A New Beginning

Un autre aspect notable concernant le protagoniste est qu'il a cette fois été ressuscité par les Yods (divinités du Talan) et qu'il souffre d'amnésie : un dispositif d'intrigue très approprié pour ne pas laisser de côté les nouveaux joueurs qui n'ont peut-être jamais connu l'original. Cela correspond également au fait que le titre du jeu a perdu le chiffre "2" au cours de son développement. Dans le jeu de 1999, Slade devait se rendre sur Adelpha en escortant une équipe de scientifiques à travers un portail pour réparer une sonde d'exploration endommagée qui mettait en danger l'existence de la Terre et d'Adelpha.

Le combat présent dans la démo oppose notre protagoniste aux androïdes de la force d'invasion qui attaque Adelpha et à certaines des faunes les plus dangereuses de la planète. Lors d'un premier contact, ce combat s'est révélé amusant et dynamique, mettant en avant l'utilisation d'armes modifiables, d'un bouclier énergétique et du jetpack susmentionné, des éléments que nous pouvons combiner à volonté pour affronter nos batailles avec un certain niveau de personnalisation.

Outcast: A New Beginning

Le moteur graphique Unreal permet la représentation graphique fiable de designs artistiques qui brillent par leur beauté, combinant les riches contrastes paysagers des biomes d'Adelpha avec une composante technologique/futuriste représentée par la force d'invasion.

Outcast: A New Beginning

Peut-être que l'impact visuel, au niveau technologique, n'est pas équivalent à celui du titre original de 1999 mais il semble être d'un très bon niveau malgré quelques irrégularités dans le framerate, qui sont à prévoir dans une démo et dont nous vérifierons si elles subsistent dans le jeu final au lancement. J'ai également constaté quelques erreurs de clipping, quelque chose d'habituel dans les jeux avec des mondes de ces dimensions. Ainsi, dans la démo PS5, j'ai pu passer à travers un bouclier énergétique qui devrait être infranchissable. À un autre moment, dans le feu de l'action et en utilisant le jetpack, j'ai eu la malchance de percer le toit d'un bâtiment, laissant mon personnage pris au piège. Lors d'une deuxième partie de la démo, cependant, je n'ai plus rencontré ces erreurs en essayant de répéter mes actions.

Outcast: A New Beginning

L'exploration exhaustive de la carte du jeu pendant ces 20 minutes nous permet de percevoir de multiples détails (colonies talanes, villages apparemment détruits, temples anciens, vaisseaux spatiaux...) qui parviennent à enflammer notre curiosité pour l'histoire du jeu.

Outcast: A New Beginning

Et c'est précisément le déroulement de l'histoire qui finira par dicter, sur une note purement personnelle, le succès de ce titre. Tous les éléments que nous, les fans, avons aimés dans l'original sont présents ici, améliorés et développés. L'amour et le respect pour le titre original sont évidents dans la démo et l'ambition est également apparente. Les inconnues restent la narration principale et la richesse des quêtes secondaires... des informations que nous espérons développer dans notre future critique de Outcast: A New Beginning. Pour l'instant, je me sens plein d'espoir et très heureux de retourner, enfin, dans mon Adelpha bien-aimé.

Sur le même sujet

0
Outcast: A New BeginningScore

Outcast: A New Beginning

TEST. Written by Gabriel Meizoso

L'aventure revient dans cette suite remarquable qui est plus qu'une simple reprise du grand jeu culte de la fin des années 90. Ce retour à Adelpha est une lettre d'amour qui complète l'original et le développe à tous les niveaux.



Chargez le contenu suivant