Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
tests
Age of Empires IV

Age of Empires IV

Une excellente immersion historique mais un multi décevant.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ

Après plus d'une décennie d'attente, un nouvel Age of Empires est enfin disponible. Les anciens opus développés par feu Ensemble Studios, c'est Relic Entertainment qui a du reprendre les rennes et affronter la tâche titanesque de créer un épisode AoE qui plaira autant aux aficionados qu'aux nouveaux joueurs. Après avoir eu l'occasion d'y jouer quelques semaines, je peux affirmer que cette quatrième itération a des points très forts qui séduiront un peu tout le monde, mais ponctués par des défauts regrettables.

HQ

Age of Empires IV est le successeur spirituel de Age of Empires II, sorti en 1999 et se déroulant dans le Moyen-Âge, reprenant donc les éléments clés du gameplay : la construction de base, l'entrainement des villageois pour extraire des ressources et la mise sur pieds d'une armée pour affronter vos ennemis. Les unités militaires suivent le principe d'un pierre-feuille-ciseaux : les lanciers battent la cavalerie, la cavalerie contre les archers et les archers contrent les lanciers. Il propose aussi une mécanique "d'Âges" qui permet de progresser depuis l'Âge Sombre à "l'Âge Impérial" pour gagner l'avantage technologique sur vos adversaires.

Age of Empires IV contient six civilisations ayant chacune des avantages : les Anglais, les Français, l'Empire Romain, les Abbassides, le Sultanat de Delhi et les Rus. Elles partagent un noyau de bâtiments et unités, mais elles ont également des unités uniques comme les cavaliers Mangudai Mongols, les éléphants de guerre de Dehli, ou encore les archers anglais.

Ceci est une annonce:

Toutes les provocations des unités sont lancées en langage historique qui, couplées avec la musique, construisent un univers très immersif. Age of Empires IV tourne sur le très récent moteur Unreal Engine 5 d'Epic, proposant des bâtiments détaillés et colorés ainsi que la possibilité de bouger la caméra sur 360 degrés.

En ce qui concerne la campagne solo,rien à redire. les campagnes permettent de revivre les conquêtes et tribulations des Normands, Français, Mongols ou Rus, combinant des documentaires vidéo narrant l'histoire et des missions vous plongeant au cœur de l'action. Regarder l'état actuel du champ de bataille de Hashtings en vidéo avant d'y jouer en bataille est très immersif. Le mélange de visuels immersifs pour la narration avant de se jeter dans le combat pendant les missions donne l'impression de jouer à un documentaire interactif très plaisant.

En plus des vidéos, certains passages se concentrent sur des sujets précis liés à votre campagne : la construction d'un château, le tir à l'arc à cheval, les tambours de guerre mongols et plus encore. J'ai l'impression d'avoir traversé tout un roman en faisant la campagne Mongol par exemple. Le fait que les unités parlent leur propre langue renforce encore plus l'immersion, bref, les campagnes sont un point très fort de Age of Empires IV.

Age of Empires IV
Ceci est une annonce:

Du point de vue du gameplay, la gestion de la caméra est aussi excellente. On a le droit à de superbes environnements, des bâtiments colorés de belles unités, en revanche leurs armes font un peu trop cartoon. Il est suffisamment simple de distinguer les différents types à l'écran. Les bâtiments ont des animations de destruction et la caméra peut être tournée librement pour tout observer. L'interface est minimaliste et aurait peut être bénéficié de quelques apports esthétiques liés à l'époque.

Cependant, Age of Empires IV n'est pas parfait, notamment le multijoueur et ses cartes, ou encore les affrontements contre l'IA. Les maps sont très petites ; vous n'avez qu'un espace limité pour construire vos bâtiments. Les éléments des bases s'approchent donc plus de Starcraft 2 et sont un départ assez drastique de la formule de Age of Empires II. Impossible aussi de trop zoomer, ce qui donne une impression de fouillis. Ces éléments auront des conséquences sur la façon dont on joue le multi. Les matchs les plus longs d'Age of Empires II se finissaient sur un "trash Wars", dans lesquelles les joueurs s'envoient un tas d'unités à bas coût. Ici, le nombre limité de bâtiments que l'on peut construire rend impossible le fait de reconstruire une armée rapidement, surtout sachant que ces mêmes bâtiments se détruisent bien plus vite.

Un autre élément me déplaisant sont les armes de siège. Les catapultes et balistes d'AoE IV sont premièrement très encombrantes sur les cartes, rappelons-le, petites et aussi très maladroites par rapport à leur état sur les anciens opus. Elles ne font aucun dégâts aux unités alliés ce qui supprime toute sorte de pénalité à leur utilisation. Le combat naval souffre du même problème pour les mêmes raisons, les navires bougent maladroitement et tournent à gauche ou droite de façon complètement incontrôlée, comme si ils ne savaient pas où aller. D'autres éléments mineurs, comme l'impossibilité de viser une unité précise avec vos fortification, sont frustrants, dans cet exemple car le ciblage automatique visera l'unité la moins optimale.

Age of Empires IVAge of Empires IV
Ceci est une annonce:

Mais il serait injuste de toujours comparer ce jeu à ses prédécesseurs. Parce que dès que l'on met de côté les préconceptions liées à ce à quoi devrait ressembler un jeu AoE, je dois avouer être curieux de voir la façon dont les joueurs se comporteront à la sortie du jeu. Les parties seront rapides, en tout cas d'après l'expérience (limitée certes) que j'ai pu en avoir. Par exemple, les Français peuvent lancer un assaut de cavalerie à la sixième minute. En fonction de notre civilisation, vous devrez vous préparer à gérer les offenses de votre adversaires. Rush les Rus sera par exemple très compliqué puisqu'ils ont accès à des fortifications très robustes. En revanche les Mongols peuvent peuvent déménager leurs bases pour amasser des ressources. L'asymétrie entre les civilisations est très intéressante et nous avons hâte de voir les métas qui vont se développer.

Relic a également apporté son lot de nouveautés à la licence : des postes de commerces neutres, de nombreuses façons de booster le rassemblement de ressources et des sites religieux qui déclenchent des victoires comme le faisaient les reliques et les merveilles dans les anciens Age of Empires. J'ai été assez frustré lorsque l'IA a remporté la victoire de cette façon mais au final, il s'agit d'un bon moyen de garder les joueurs aux aguets tout le long d'une partie. Avancer d'âge en âge est aussi plus complexe qu'avant, exigeant de passer par la construction de bâtiments repères comme dans Age of Empires III. Ils peuvent s'intégrer dans votre stratégie et même constituer des options défensives fortes pour votre ville.

Alors quel verdict final pour Age of Empires IV ? Du point de vue de l'immersion technique, les campagnes de Age of Empires IV sont largement les meilleures de la série. Du point de vue du gameplay, le jeu incorpore d'anciennes mécaniques tout en proposant des visuels rehaussés. En revanche, il y a aussi des différences importantes dont je n'étais pas très fan au départ, notamment les petites cartes ou les navires et armes de sièges maladroites. D'un autre côté, si l'on prend Age of Empires IV hors du reste de la licence, les stratégies sont nombreuses et profondes. Le rythme est plus rapide et l'asymétrie entre les civilisations est une composante très intéressante. Ces éléments le rapproche plus d'un Starcraft mais cela ne m'empêche pas d'avoir hâte d'aller affronter d'autre joueurs lorsque le jeu sortira officiellement le 28 octobre.

Age of Empires IV
Age of Empires IV
07 Gamereactor France
7 / 10
+
Les graphismes, les excellentes campagnes, la variété entre les civilisations...
-
Les cartes multi trop petites, le niveau de zoom, les bateaux et engins de sièges maladroits...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant